SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ACCOUCHER EN PLEINE ÉPIDÉMIE DE COVID-19

Vendredi 27 Mars - 06:00

COVID-19


Noémie doit accoucher début avril - © DR
Noémie doit accoucher de son premier enfant dans deux semaines. Elle était évidemment loin d'imaginer que sa grossesse se terminerait dans ces conditions.


Voilà plusieurs semaines, alors qu'on sentait que la France n'échapperait pas à l'épidémie, que Noémie et son compagnon se préparent à donner naissance à leur premier enfant dans une époque troublée. Ils savaient, par exemple, qu'il faudrait sans doute attendre un peu avant de présenter le bébé à ses grands-parents.

Mais depuis la mise en place des mesures de confinement, la donne a totalement changé. L'angoisse de Noémie désormais est que le papa ne puisse pas assister à l'accouchement."S'il y a le moindre doute d'infection, il ne pourra pas être là. Mais je ne sais pas non plus s'il pourra rester auprès de moi et du bébé après l'accouchement", explique la jeune femme, qui s'inquiète également de tomber elle-même malade.

On a déjà dit à Noémie qu'elle ne pourrait pas sortir de sa chambre lors de son séjour à la maternité. Ce sont les infirmières et les auxiliaires de puériculture qui viendront faire les soins. Pas de possibilité non plus de laisser son bébé à la pouponnière ou d'aller lui donner son bain.

Peut-être pas de péridurale


Autre source d'inquiétude pour la future maman : la péridurale. "À priori je n'aurai peut-être pas droit à la péridurale puisque les anesthésistes peuvent être réquisitionnés", raconte-t-elle.

Sa sage-femme lui assure qu'elle pourra venir pour la première visite de retour de la maternité, sauf si le gouvernement venait à durcir encore les règles de confinement. Prudent, le jeune couple a fait un stock de couches et de lait la semaine dernière.

Parce que Noémie est d'un naturel optimiste, elle préfère voir le bon côté des choses : "On aura le temps de prendre nos marques avec bébé tranquillement, de nous reposer, vu que nous n'aurons pas de visite. On sera prêt ensuite à le présenter à toute la famille!"