SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

AMIANTE CHEZ RENAULT TRUCKS : L'HEURE DU JUGEMENT POUR 1.200 SALARIÉS

Jeudi 8 Avril - 05:10

Actu. locale


Des anciens salariés de Renault Trucks rassemblés devant l'usine de Vénissieux. - © Léa Duperrin / Radio SCOOP
C'est l'un des procès les plus importants engagés aux Prud'hommes en France. Pas moins de 1.200 salariés et retraités de l'usine Renault Trucks en région lyonnaise accusent la direction de ne pas les avoir protégés de l'amiante responsable, selon eux, de graves maladies professionnelles. Le jugement doit tomber aujourd'hui, jeudi 8 avril.


La grande majorité des plaignants sont des retraités ayant travaillé dans l'usine de Vénissieux entre 1964 et 1996, période pour laquelle le site a été classé "amianté" en 2016. Depuis, un parcours judiciaire interminable s'est engagé.

Une conciliation ayant échoué avec Renault Trucks (groupe Volvo), qui exploite les lieux aujourd'hui, un procès a eu lieu en 2019 devant le conseil des Prud'hommes de Lyon. Le litige n'avait pas pu être tranché et l'affaire a été renvoyée devant un juge départiteur qui rendra sa décision aujourd'hui.

"La crainte (...) c'est que la direction joue la montre"


"On attend que la justice reconnaisse la responsabilité de l'entreprise et qu'elle contraigne l'entreprise à indemniser correctement les salariés", explique Jean-Paul Caret, président de l'association Prévenir et Réparer qui vient en aide aux victimes d'accidents collectifs.

"La crainte qu'il y a aussi, c'est que la direction joue la montre alors qu'on a déjà une quarantaine de plaignants qui avaient déposé un dossier et qui sont décédés", poursuit-il. "Ce n'est pas la peine d'attendre encore !"

À l'audience, la partie adverse avait plaidé que seuls deux secteurs de ce site industriel d'environ 79 hectares étaient exposés à l'amiante : pour elle, tous les employés ne sont pas concernés. Rappelant qu'avant 1997, ce matériau n'était pas interdit, elle avait estimé que l'employeur ne pouvait pas avoir connaissance du risque encouru.

Un argument que refuse d'entendre Jean-Paul Caret. Pour lui, tous les salariés doivent être jugés de la même manière. Car même si tout le site n'était pas amianté, les employés circulaient entre les différents secteurs de l'usine et ont donc forcément été exposés.



Les plaignants espèrent une reconnaissance de leur préjudice, chiffré à 15.000 euros chacun par leur avocat, soit 18 millions au total. Le jugement dira si le préjudice d'anxiété est reconnu, et s'il est le même pour chacun des 1.200 plaignants.

Si ce n'est pas le cas, leur avocat se réserve la possibilité de faire appel. Le dossier est, de toute façon, loin d'être refermé puisque 200 autres cas sont toujours en cours d'examen par la justice.



Revenez plus tard pour un autre sondage ! ;)