SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CENTRALE NUCLÉAIRE DU BUGEY : QUELS SERAIENT LES IMPACTS D'UN ACCIDENT MAJEUR ?

Mercredi 19 Juin - 12:00

Actu. locale


La centrale nucléaire du Bugey. - © DR
Des chercheurs suisses se sont penchés sur les conséquences pour les populations si un accident majeur survenait à la centrale nucléaire du Bugey.


24 millions d'européens touchés, dont 78% en France. Les chiffres moyens des populations touchées en cas d'accident nucléaire majeur, sur un seul réacteur, à la centrale du Bugey sont éloquents. Depuis 2017, c'est l'institut Biosphère de Genève qui évalue la probabilité d'un accident, le dépôt de matières radioactives au sol, le nombre de personnes touchées ou encore la superficie de terres agricoles perdues.

"Pour l'instant, la France a eu la chance de ne pas avoir gros incident nucléaire. Mais quand on regarde le Japon, qui n'est pas un pays sous-développé, avec l'accident de Fukushima, je pense que la France prend vraiment un risque très important en continuant avec le nucléaire", déclare Pierre Eckert, météorologue suisse qui a co-dirigé l'étude.

"On sait qu'un accident arrivera"

La coordination Stop Bugey, qui milite pour la fermeture de la centrale de l'Ain, a accueilli avec "beaucoup d'intérêt" cette étude. Et pour Joël Guerry, un membre actif de l'association, "l'étude vient confirmer tout ce que Stop Bugey pensait".



Pour lui, "on sait qu'un accident arrivera, on a les éléments, on ne sait pas où ni quand, mais il en arrivera un dans les prochaines années. Donc, on se retrouvera dans une situation similaire à Fukushima ou à Tchernobyl, avec une zone évacuée ou les gens ne vont pas revivre, ni retourner".

Et les chiffres de probabilité d'accident viennent un peu plus appuyer sa pensée puisque d'après l'étude, les chances de voir un accident majeur se produire en 50 ans sont de 1%. "Même si la probabilité de 1% est de 1 pour mille, c'est toujours l'exemple qu'on prend, et si cette probabilité est transposée à l'avion, vous ne prendrez pas l'avion !", clame Pierre Eckert.