SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CLERMONT-FERRAND : CONFUSION AUTOUR DU DÉPLOIEMENT DE LA 5G

Mardi 1 Décembre - 05:00

Actu. locale


Une antenne relais - © DR
L'opérateur Orange annonce le déploiement de la 5G ce jeudi 3 décembre à Clermont-Ferrand, Beaumont, Aubière et Chamalières. Mais le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi n'a pas donné son accord.


Tout est parti d'un mail, envoyé le jeudi 26 novembre dernier aux rédactions des médias régionaux. L'opérateur Orange y annonce le lancement de son réseau 5G dans 15 communes françaises, à compter du jeudi 3 décembre 2020.

Un moratoire a pourtant été voté


Dans la liste, une seule ville de la région Auvergne Rhône-Alpes : Clermont-Ferrand. Par extension, les communes de Chamalières, Aubière et Beaumont sont aussi concernées.

Mais comme dans de nombreuses villes françaises, les élus clermontois ont voté un moratoire sur le sujet, en attendant d'en savoir plus. Les élus de Clermont Auvergne Métropole ont fait la même chose et veulent surtout connaître les impacts potentiels sur la santé du déploiement de cette technologie.

"Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas conscients des intérêts de la 5G, notamment en matière médicale, voire même pour certains milieux économiques, tempère Olivier Bianchi. Mais comme l'ont rappelé un certain nombre de maires, j'ai plutôt besoin que l'ensemble du territoire métropolitain soit couvert par la fibre et les autres outils et qu'il n'y ait pas de zones blanches sur le territoire".

Le maire de Clermont-Ferrand n'apprécie pas du tout de ne pas avoir été inclus dans les discussions entre l'État et l'opérateur. "Il est hors de question que j'autorise des installations pour l'instant, insiste Olivier Bianchi.

À ma connaissance je n'ai pas signé un papier dans lequel j'ai installé des pylônes pour la 5G. S'il s'avérait que l'on installe de la 5G sur des pylônes sans mon autorisation, il faudrait que l'on m'explique comment on fait", conclut l'élu.



Dans son communiqué, l'opérateur explique avoir voulu couvrir en priorité les zones déjà "fortement sollicitées afin d'éviter tout risque de saturation".