SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

COMMENT ÇA SE PASSE AILLEURS ? ÉPISODE 9 EN ESPAGNE

Mardi 31 Mars - 05:30

COVID-19


l'Andalousie - © CC BY-NC-ND 2.0 Flickr Michel Marie
En plein confinement, Radio Scoop continue de vous faire voyager, en recueillant des témoignages de personnes originaires d'Auvergne-Rhône-Alpes expatriées aux quatre coins du monde. Ce mardi, direction l'Espagne.


Après le continent américain ces derniers jours, retour en Europe ce mardi. Direction l'Espagne, très durement touchée par l'épidémie. Le pays a franchi la barre des 6500 morts dimanche 29 mars.

Impossible de sortir courir


Sur place, les conditions de confinement sont drastiques. Tous les magasins ouverts proposent par exemple des gants à l'entrée. "Ici, c'est plus stricte qu'en France, on n'a pas de dérogation pour aller faire un footing par exemple", explique Océane, 27 ans. La jeune femme originaire de la Haute-Loire est partie travailler en Andalousie, il y a quelques mois.

"Les Espagnols sont très respectueux des règles. Il y a beaucoup de contrôles de la "Guardia Civil", l'équivalent de la gendarmerie, mais aussi de la police locale. La semaine dernière, j'ai été contrôlée pour savoir ce que je faisais dehors, d'où je venais, où j'allais", raconte la jeune femme.

"Comme je travaille dans la protection de l'enfance, je me déplace d'unité de vie en unité de vie, donc j'avais une attestation de mon employeur. Je suis parfois obligée de sortir de chez moi", précise Océane.

La jeune femme apporte par exemple des courses ou des jeux de société aux personnes dont elle a la charge. "Ici, ils se méfient de tout et de tout le monde. On voit beaucoup de personnes avec des masques et des gants. Mais je comprends tout à fait. À mon sens, ils prennent les choses plus au sérieux qu'en France".