SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

DÉCLASSEMENT DU RESTAURANT BOCUSE : LES RÉACTIONS DES CHEFS DE LA RÉGION

Vendredi 17 Janvier - 09:55

Actu. locale


Paul Bocuse et Georges Blanc. - © DR
Pour la première fois depuis 1965, le restaurant du célèbre chef lyonnais va perdre sa troisième étoile dans le prochaine édition du Guide Michelin.


Le célèbre guide rouge a confirmé, ce vendredi, avoir rétrogradé dans son édition 2020 le restaurant Paul Bocuse, fleuron de la gastronomie française, estimant que "la qualité de l'établissement demeurait excellente mais plus au niveau d'un trois étoiles".

Le patron du Guide Michelin s'est d'ailleurs rendu ce jeudi à l'Auberge du Pont de Collonges pour informer la direction de ce choix.

La famille Bocuse et l'équipe du restaurant "bouleversées"


Ce vendredi, la famille Bocuse et l'équipe à la tête du célèbre restaurant ont réagi à la perte de cette étoile. "Bien que bouleversés par le jugement des inspecteurs, il y a une chose que nous souhaitons ne jamais perdre, c'est l'âme de Monsieur Paul", ont souligné dans un communiqué la famille, le directeur général du restaurant Vincent Le Roux "et tout l'équipage".


Alors que le restaurant est fermé pour travaux, les signataires soulignent avoir tous appris chacun de leur côté la rétrogradation de l'établissement, dont l'annonce est intervenue dix jours avant la sortie officielle du guide.

L'établissement souligne avoir présenté un nouveau concept "La Tradition en Mouvement" dès le mois d'octobre 2019, pour répondre aux possibles critiques des inspecteurs du Michelin. "Jugée exceptionnelle par bon nombre de nos clients, d'experts gastronomiques ou journalistes, cette expérience prendra toute sa dimension dès notre réouverture le vendredi 24 janvier", assure-t-il.

"Depuis Collonges et du fond du cœur, nous continuerons à faire vivre le Feu Sacré avec audace, enthousiasme, excellence et une forme certaine de liberté", affirment les signataires.

"La déception" de Régis Marcon


"En tant que fidèle de Monsieur Paul, c'est une déception pour beaucoup de monde", confie Régis Marcon, chef triplement étoilé de Saint-Bonnet-le-Froid, en Haute-Loire.

"Au-delà de la cuisine de cette maison, c'est tout ce qu'elle représente pour nous cuisiniers, pour Lyon et la région lyonnaise", ajoute-t-il. Avant de se montrer optimiste sur l'avenir de la maison Bocuse.

"Je crois qu'il y a un beau challenge à relever avec toute cette belle équipe, fidèle, fantastique, dans l'esprit de Monsieur Bocuse. Je ne serais pas étonné que, dans les années qui viennent, la Maison Bocuse récupère ses trois étoiles. Ce serait formidable. Ce serait la meilleure récompense qu'on pourrait faire à Monsieur Paul".

"Un échec qu'on a du mal à vivre"


Pour Georges Blanc, chef triplement étoilé de Vonnas, dans l'Ain, perdre une étoile, "c'est un petit peu un échec qu'on a du mal à vivre, à digérer dans les années qui viennent".

"L'année dernière déjà, trois 3 étoiles ont disparu, ajoute-t-il. Michelin juge sur pièce, c'est une institution comme l'est toujours la Maison Bocuse, elle le restera quand même. C'est un lieu mythique où les gens continueront d'aller".

"Dans le monde de la gastronomie, ça a beaucoup bougé ces dix dernières années. Le niveau s'est considérablement élevé. Bocuse était quand même un pilier de la grande cuisine classique. Je pense qu'aujourd'hui les gens voudraient une cuisine plus contemporaine. Il va falloir faire avec. Pour que plus rien ne change, il va falloir trouver le moyen de changer".

Ancien directeur du Guide Michelin, Jean-François Mesplede évoque "une crise de jeunisme" au Guide rouge : "On a l'impression que tout ce qui est dans la tradition est bon à jeter".

Il parle de ce vendredi 17 janvier comme d'"un jour très triste, mais ce ne sera pas dramatique en terme de fréquentation, la cuisine de Paul Bocuse vaut toujours le voyage."