SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

EMMANUEL MACRON A "TRÈS ENVIE D'EMMERDER LES NON-VACCINÉS"

Mercredi 5 Janvier - 08:42

France


Emmanuel Macron - © Radio Scoop
À l'occasion d'un entretien avec Le Parisien, la dernière phrase du président de la République fait polémique.


"Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder" : Emmanuel Macron a renoué mardi avec ses accents provocateurs, en pleine vague d'épidémie de Covid-19 et à trois mois de l'élection présidentielle pour laquelle il a dit avoir aussi "envie" de se représenter.

En plein débat houleux à l'Assemblée sur le futur pass vaccinal, c'est par ce mot cru qu'il a assumé vouloir instaurer "quasiment une obligation vaccinale". Un vocabulaire qui, sans surprise, a aussitôt déchainé ses adversaires.

"Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout. C'est ça, la stratégie", déclare sans ambages le chef de l'État.

"La quasi-totalité des gens, plus de 90 %, ont adhéré" à la vaccination et "c'est une toute petite minorité qui est réfractaire", ajoute-t-il.

"Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l'emmerdant encore davantage. Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l'administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder", poursuit-il.

"Un irresponsable n'est plus un citoyen"


"Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné…", explique le chef de l'État.

Pour lui, "l'immense faute morale des antivax" est de "saper ce qu'est la solidité d'une nation". "Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n'est plus un citoyen", juge-t-il dans une autre phrase choc.

En plein débat à l'Assemblée Nationale


Ses déclarations interviennent au moment où les députés s'étaient mis d'accord pour repousser l'âge du pass vaccinal de 12 à 16 ans pour les sorties scolaires ainsi que les activités "périscolaires ou extrascolaires", culturelles ou sportives par exemple (mais pas privées comme aller au restaurant), afin d'apaiser une ambiance électrique à l'Assemblée Nationale, après la suspension surprise des débats la nuit précédente.

Mais les propos présidentiels ont subitement fait à nouveau monter la température au Palais Bourbon, avec des suspensions de séance au milieu du chahut.

L'opposition réagit


Le député communiste Fabien Roussel, candidat à l'Elysée, s'est interrogé sur "les intentions réelles du gouvernement". Le projet de loi sur le pass sanitaire "est-il un texte pour plus emmerder ?, ou moins emmerder ?" les Français, a-t-il lancé.

"Un président ne peut pas tenir les propos qui ont été tenus", a lancé Christian Jacob, président des Républicains. "Je ne peux pas cautionner un texte qui vise à emmerder les Français", a-t-il ajouté dans un hémicycle survolté.

L'Insoumis Jean-Luc Mélenchon a été l'un des premiers à réagir sur Twitter. "Le Président maîtrise-t-il ce qu'il dit?? L'OMS dit "convaincre plutôt que contraindre". Et lui?? "Emmerder davantage. Consternant".

Présente à l'Assemblée, la candidate du RN Marine Le Pen a fustigé une "déclaration d'une violence inouie inédite", estimant sur Twitter que le président, "garant de l'unité de la nation, s'obstine à la diviser et assume vouloir faire des non-vaccinés des citoyens de seconde zone".

Premières réactions des élus de la région


La première réaction en Auvergne-Rhône-Alpes est venue de la Loire avec un tweet du député Dino Cinieri dans lequel il affirme être choqué par les propos d'Emmanuel Macron.



Pascal Blache, Maire LR du 6ème arrondissement de Lyon a accusé également le coup : "c'est un très mauvais démarrage de campagne".



Du côté de la majorité, Bruno Bonnell, élu LaREM de la 6ème circonscription de Lyon a dénoncé la "guignolade" de l'opposition.



À Bourg-en-Bresse, le Maire PS Jean-François Debat a, lui, souligné une autre phrase choc du président "un irresponsable n'est plus un citoyen".