SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

GERZAT : LES ANCIENS SALARIÉS DE LUXFER NE VEULENT PAS ÊTRE OUBLIÉS

Lundi 21 Octobre - 04:30

Actu. locale


La direction de Luxfer prévoit de fermer le site de Gerzat fin 2019. - © Agathe Rigo
La tension est montée ces derniers jours sur le site de l'usine qui doit fermer d'ici la fin de l'année, car les anciens salariés ont l'impression que la direction de l'entreprise ne respecte pas ses engagements.


Ils avaient déménagé sur le trottoir ces derniers jours, pour pouvoir continuer à accompagner les anciens salariés, qui n'avaient plus le droit d'entrer dans l'usine. Mais après la médiation de la mairie de Gerzat, la situation est presque revenue à la normale. Les délégués syndicaux vont donc réintégrer leur bureau habituel.

Un sentiment d'abandon

La fermeture de cette usine qui fabrique des bouteilles de gaz haute pression à destination des hôpitaux ou des pompiers, a été annoncée à la surprise générale en novembre 2018.

Aujourd'hui 125 des 136 salariés ont été licenciés. Beaucoup doivent se reconvertir, mais leurs demandes de formation ou de stage ne sont pas validées. "Seuls 10% des salariés ont retrouvé un emploi dans l'industrie, explique Axel Peronczik, délégué CGT. Et les rares emplois qui sont proposés dans l'industrie sont payés au SMIC, et sont situés à trente, voire cinquante kilomètres de l'usine".

Une situation qui crée des tensions, d'autant plus fortes que les documents nécessaires aux formations ne sont pas toujours validés, et que les erreurs dans les soldes de tout compte ne sont pas corrigées.

Un projet de reprise qui avance

L'intervention du maire de Gerzat a permis d'apaiser ces tensions. "On va pouvoir continuer à accompagner nos collègues, se réjouit Axel Peronczik. Et cela va aussi nous permettre de continuer à travailler sur le plan de reprise, qui a bien avancé ces dernières semaines".

Ce plan prévoit la création d'une SCOP (société coopérative et participative), avec un démarrage avec un effectif de 35 salariés, avant un passage à 60 employés.

Il devrait être présenté à la direction de Luxfer avant la fin de l'année. Les deux premiers projets ont été refusés par la direction britannique de l'entreprise.