SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ISÈRE : LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE SECOURISME MIS EN EXAMEN POUR VIOL

Mercredi 24 Juin - 18:13

France


Justice
Le président du comité départemental de la Fédération française de sauvetage et de secourisme (FFSS) de l'Isère a été mis en examen mercredi pour des faits de viols sur deux jeunes femmes, a annoncé mercredi le parquet de Grenoble.


Le chef de mise en examen mentionne la circonstance de "personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction" pour des faits "commis entre 2008 et 2012 sur deux jeunes femmes ayant déposé plainte en début d'année 2019", a précisé la procureur adjointe Céline Nainani.

L'homme, qui est aussi le directeur salarié de l'antenne de la FFSS de Sassenage, commune limitrophe de Grenoble, "a été placé sous contrôle judiciaire (...) avec l'interdiction d'entrer en contact avec les victimes et d'exercer toute activité en lien avec le secourisme ou impliquant un contact avec les mineurs", a ajouté Mme Nainani sans apporter plus de précisions sur les plaignantes.

Il a reconnu les faits


Le prévenu, né en 1959, sera entendu "ultérieurement par le juge d'instruction sur le fond du dossier, ainsi que les plaignantes", a fait savoir la procureur adjointe.

Selon le parquet, "il a reconnu les faits durant sa garde à vue mais reste présumé innocent".

Son avocat a en revanche déclaré à l'AFP que s'il s'est "expliqué sur les faits en garde à vue, l'interprétation que l'on a (de ces faits, ndlr) n'est pas la même que les victimes".

"Le dossier est assez volumineux, on a demandé un délai pour préparer la défense", a dit Me Emmanuel Decombard, soulignant qu'il "a été décidé qu'il méritait un contrôle judiciaire et non pas une incarcération".

"Les faits allégués sont très anciens. Ce qui pose beaucoup de questions: pourquoi les prétendues victimes auraient attendu aussi longtemps pour déposer plainte? On est à plus de 10 ans", a ajouté Me Decombard.

Par ailleurs, l'avocat s'est insurgé contre la suspension de son client de ses fonctions "unilatéralement par son employeur alors qu'il était en garde à vue, sans même l'avoir convoqué et entendu".

Contactée, la FFSS n'était pas joignable dans l'immédiat.