SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LE DÉCONFINEMENT VU D'AILLEURS ÉPISODE 3 : LE PÉROU

Samedi 20 Juin - 06:00

COVID-19


Le Pérou, toujours en période de confinement - © Teo Belton
Radio Scoop vous donne des nouvelles des expatriés de la région, partis vivre dans d'autres pays. Comme nous, ils font face à l'épidémie de Covid-19. Après l'Argentine et l'Espagne, direction Lima au Pérou.


On avait pris des nouvelles de Teo au début du mois d'avril dernier pour savoir comment se passait son quotidien à Lima en période de confinement. Deux mois plus tard, le deuxième État d'Amérique latine le plus touché en nombre de cas a dépassé la barre symbolique des 200.000 malades.

Confiné jusqu'au 30 juin


Selon un dernier bilan datant du 11 juin dernier, 5903 personnes sont mortes à cause du Covid-19. La population péruvienne est confinée jusqu'au 30 juin prochain, et il est toujours interdit de se réunir. Néanmoins quelques secteurs ont pu reprendre leurs activités économiques, comme les taxis ou les livraisons à domicile.

Teo qui est réalisateur indépendant originaire de Haute-Savoie évoque toutefois des règles assouplies : "On a le droit de sortir pour marcher pendant une heure, en respectant toutes les distances sociales. C'est la première chose que j'ai faite pour aller voir l'océan, ça m'a fait du bien".

"Certains crachent par terre"


Malgré le masque obligatoire, Teo est inquiet de voir autant de monde dans les rues : "Ce qui me surprend beaucoup, c'est que les gens n'ont pas l'air d'avoir conscience de la présence du virus, certains crachent même par terre".

Au niveau économique, "ça a détruit des quantités de familles, c'est une catastrophe. Les gens ont besoin de travailler", déplore le cinéaste. Dans son secteur, quelques tournages de publicité pour les ministères de la Santé et de l'Éducation ont repris, mais "ils sont trop peu nombreux, les conséquences économiques vont être très dures".

Finalement, le Haut-Savoyard n'a pas forcément peur du nouveau coronavirus, mais il craint plutôt d'attraper une autre maladie. Si c'est le cas selon lui, "les hôpitaux ne me prendront toujours pas."

►COVID-19

Le déconfinement vu d'ailleurs Episode 1 : l'Argentine

Pendant le confinement, Radio Scoop a donné la...



►COVID-19

Le déconfinement vu d'ailleurs Episode 2 : l'Espagne

Pendant le confinement, Radio Scoop a donné la...