SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : ILS CONSTRUISENT LA VOITURE VOLANTE DE DEMAIN !

Mercredi 23 Octobre - 04:00

Actu. locale


Jérôme Persiani, co-fondateur de l'entreprise Fleasy. - © Radio Scoop / Léa Duperrin
Dans moins de dix ans, des drones autonomes pourront transporter des passagers pour des trajets allant jusqu'à 700 kilomètres. Une alternative à l'avion et à la voiture, développée par l'entreprise Fleasy.


À Cailloux-sur-Fontaines, à une bonne dizaine de kilomètres du centre de Lyon, l'équipe de Fleasy invente le moyen de transport de demain. L'entreprise a été sélectionnée pour participer en janvier prochain à une rencontre internationale de start-up à Boston, aux États-Unis, pour présenter un projet bien réel.


C'est quoi ?


Il faut s'imaginer un drone entièrement autonome, avec deux ailes et la cellule au milieu où pourront s'asseoir les passagers. "Avec le décollage vertical, ça ressemble un peu à une libellule", décrit Jérôme Persiani, co-fondateur de Fleasy. Un premier modèle, prévu pour 2020, pourra transporter deux personnes.

Pour quand ?


L'armée sera probablement le premier client de Fleasy. Le grand public pourra profiter de ces taxis volants à horizon 2028. "Techniquement, on sera prêt avant", assure Jérôme Persiani. Les premiers vols seront testés avec des objets, avant d'offrir à tout le monde, la possibilité de s'envoler sur des trajets de 700 kilomètres.

Combien ça coûte ?


L'entreprise envisage de proposer le drone sur des plateformes comme Uber, pour le prix d'un trajet de taxi. Mais il sera aussi possible de s'acheter son drone personnel, à condition d'y mettre le prix, à peu près celui d'une voiture haut de gamme.

Comment ça marche ?


Dans un premier temps, les drones voleront avec du carburant traditionnel. À terme, l'hydrogène sera également utilisé pour réduire l'emprunte carbone en ne rejetant que de l'eau. Les premiers appareils construits pourront voler en dessous de 4 000 mètres d'altitude.