SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Bellegarde
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : MOBILISATION POUR DES JEUNES MIGRANTS À LA CROIX-ROUSSE

Vendredi 14 Septembre - 11:46

Actu. locale


Ils sont une cinquantaine de jeunes migrants à dormir dans le jardin de la grande côte. - © Hugo Frances
Depuis le mois de mai, une cinquantaine de jeunes migrants sont installés dans le jardin de la grande côte, dans le quartier des pentes de la Croix-Rousse (Lyon 1er). Riverains et collectifs se mobilisent pour les aider. Un rassemblement est prévu ce samedi, place des Terreaux.

Ils sont originaires -pour une très grande majorité- d'Afrique subsaharienne. Venus de Côte d'Ivoire, du Cameroun, de Gambie ou encore du Nigeria, ils sont entre 50 et 60 jeunes hommes et seraient mineurs pour la plupart. La minorité, enjeu clé des démarches puisque ces jeunes relèvent en effet, comme tous les mineurs, de la protection de l'enfance de l'État français.

Pour les aider, ce sont les riverains qui se sont manifestés les premiers. Comme Yamine et sa femme Zinah, dont l'appartement au premier étage donne sur le jardin. "Quand on a commencé à les aider ils étaient seuls, il n'y avait ni association ni collectif. Ni tente, ni couverture, rien du tout. Je suis père de deux enfants, j'ai aussi deux petits-enfants, à leur âge je peux pas les laisser seuls dans la rue", raconte le riverain. Depuis le balcon des deux habitants, une rallonge électrique tombe au niveau du jardin : ils fournissent l'électricité aux jeunes.

Yamine déplore les conditions dans lesquelles vivent les jeunes isolés : "dans ce jardin il n'y a pas de toilettes, les plus proches sont à au moins 500 mètres voire un kilomètre... L'hiver arrive, la pluie aussi, j'aimerais que les choses bougent". Jahshaka est arrivé de la Côte d'Ivoire, il dit avoir 16 ans, et depuis quatre mois il dit "souffrir d'une situation très difficile". Après avoir dormi pendant "trois mois dans la rue à Perrache", il ne sait "aujourd'hui plus quoi faire, où partir".

Un rassemblement de soutien ce samedi

Si ces jeunes restent au jardin de la grande côte, c'est qu'ils attendent une décision de la Métropole de Lyon. À travers différents tests, les services de la protection de l'enfance doivent déterminés si les jeunes sont mineurs ou non. Ashan, originaire de Guinée, a pu rencontrer la Métropole et est un des rares à être désormais logé et nourri. Il a 16 ans.

Pour de nombreux jeunes, il n'en a pas été de même. Le jeune ivoirien Ben raconte que la Métropole "a rejeté des jeunes de 14 ans". D'après Kadhi, une bénévole de l'association des Mamas qui déchirent, "en 30 minutes, 17 jeunes ont vu leur demande être rejetée la semaine dernière".

Entre le 1er janvier et le 31 juillet 2018, la Métropole de Lyon indique avoir traitée le cas de 986 mineurs non accompagnés. Un peu plus d'un jeune sur deux (58%) a été pris en charge après "évaluation". À noter que le nombre de cas traités est grandissant d'année en année : il était de 613 sur l'ensemble de l'année 2016, il est donc de 986 pour 2018 en date du 31 juillet.

Ce samedi à 15 heures, un rassemblement est organisé par les bénévoles place des Terreaux. Ils appelleront notamment au soutien de la Métropole pour les jeunes du jardin de la grande côte.


@RadioScoopInfos