SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

MIA ET SA MÈRE ONT ÉTÉ RETROUVÉES EN SUISSE

Dimanche 18 Avril - 11:34

France


Lola Montemaggi, la mère de Mia pourrait être impliquée dans l'enlèvement - © DR
La fille avait été enlevée depuis mardi dernier par plusieurs ravisseurs, aujourd'hui mis en examen.


Mia et sa mère, Lola Montemaggi, "viennent d'être découvertes dans un squat de la commune de Sainte-Croix" dans le canton de Vaud, en Suisse, a annoncé dimanche le procureur de la République de Nancy dans un communiqué.

"Les investigations ont permis de déterminer que Lola Montemaggi avait passé une première nuit en Suisse dans un hôtel à Estavyer-le-Lac (canton de Fribourg) avant d'être hébergée par une femme à Neufchatel (et) d'être déposée à cet immeuble squatté à Sainte-Croix", a-t-il précisé.

Mia, 8 ans, avait été enlevée mardi à la demande de sa mère par trois hommes alors que l'enfant était hébergée chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, un village vosgien situé à une trentaine de kilomètres d'Epinal.

Les autorités françaises ont demandé l'extradition


"Ce sont près de deux cents gendarmes qui sont intervenus à un titre ou un autre dans le cadre de cette enquête", souligne le procureur de Nancy.

"Deux gendarmes ont été missionnés sur le territoire suisse pour assister leurs collègues helvétiques", précise-t-il, remerciant "les autorités suisses de cet investissement hors normes qui a permis la localisation de la fugitive et de sa fille dans un temps très court".

Les autorités françaises ont demandé l'extradition, et Lola Montemaggi, 28 ans -commanditaire de l'enlèvement de sa fille de 8 ans- ainsi que le ressortissant français "vont être détenus dans l'attente de cette extradition".

S'ils ne s'y opposent pas, "ça peut durer quelques jours, une semaine, quinze jours", a indiqué le procureur, ajoutant que s'il devait y avoir opposition, cela impliquerait des procédures judiciaires "qui sont beaucoup plus longues".