SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

PROCÈS BERNARD PREYNAT : "JE L'AI REGARDÉ AVEC DE LA HAINE, DE LA RAGE"

Mardi 14 Janvier - 05:00

Justice


Les avocats en grève lors du procès de Bernard Preynat - © Léa Duperrin
Le procès de Bernard Preynat, accusé d'agressions sexuelles sur des mineurs entre la fin des années 80 et le début des années 90, commence ce mardi à Lyon. Hier, l'audience avait été suspendue en raison de la grève des avocats contre la réforme des retraites.


Ils étaient tout près, à quelques mètres seulement de celui qu'ils accusent de les avoirs sexuellement agressés pendant des années. Dix adultes, âgés de 7 à 15 ans à l'époque des faits, se sont constitués partie civile. Ils attendent ce procès avec impatience, pour pouvoir enfin "tourner la page", a déclaré l'une de leurs avocates.

"Le procès va dans le bon sens"


"Ça fait un effet bizarre, je l'ai regardé avec de la haine, de la rage", a expliqué Anthony Gourd. Il était âgé de 8 ans à l'époque des premiers attouchements de l'ancien prêtre. Il y a la colère, mais aussi : "l'envie farouche de m'expliquer envers lui", ajoute le quadragénaire, heureux que le procès ne soit que reporté que d'une journée.

Hier, la présidente du tribunal a demandé aux parties civiles, à l'accusé, à leurs avocats ainsi qu'à la procureure de se prononcer sur le renvoi de l'audience. À l'extérieur de la salle, les avocats du barreau de Lyon, en grève, ont suspendu leurs robes et déposés au sol leurs Codes pour écrire le mot "S.O.S". Après délibération, l'audience a donc été reportée à aujourd'hui, mardi 14 janvier.

Les Codes des avocats sur le sol du tribunal. © Radio Scoop

L'audience reprendra donc à 9h30, avec le rappel des faits et l'audition des parties civiles. Hier, Bernard Preynat a tout de même eu le temps de dire quelques mots à la barre, reconnaissant sa culpabilité. "Le procès va dans le bon sens s'il reconnait ce qu'il a fait, mais j'attends surtout les débats de fond, que l'on puisse vraiment expliquer", a ajouté Pierre-Emmanuel Germain-Thill, partie civile.