SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

QUAND LES JEUNES LIGÉRIENS IMAGINENT LE MONDE DE DEMAIN

Mardi 1 Décembre - 06:00

Actu. locale


Les lauréats récompensés - © Radio Scoop
Des collégiens et des lycéens de la Loire ont participé au concours baptisé « la vie d'après », initié par le Département. Dix d'entre eux ont été récompensés la semaine dernière.


À l'appel du Département de la Loire, une cinquantaine d'ados ont participé au concours « la vie d'après ». L'objectif était de trouver des solutions, sur les thématiques de l'environnement, des transports, du commerce pour obtenir un monde meilleur à l'avenir.



Leurs réalisations ont été soumises à un jury et 10 d'entre eux ont été primés. Ces collégiens ont reçu leur dotation la semaine passée (une enceinte, un vélo électrique, un téléphone portable…). Le premier prix a été attribué à Gauthier, 15 ans, qui au travers d'une vidéo, imagine une autre façon d'apprendre au collège.

"J'ai créé un "open space" pour le futur enseignement des jeunes collégiens. Ce serait une sorte d'atelier, je l'imagine avec plusieurs bureaux où chacun pourrait laisser libre cours à son imagination pour créer des projets, avec l'aide d'enseignants. Je pense que les collèges ont suffisamment d'espaces pour mettre en place cette idée, c'est réalisable à mon sens", explique le jeune garçon à Radio Scoop.

Son projet devance celui de Noémie, lycéenne de 17 ans, qui a planché sur un tout autre domaine. "Mon projet, c'est un nouveau métier pour le futur. Il s'appellerait "connecteur de sourire". Il s'agit d'une personne, dans les EHPAD, qui serait chargée de l'organisation et de la maintenance de FaceTime entre les résidents et leurs familles.

La jeune fille s'est inspirée de sa propre expérience. "Pendant le confinement, j'ai ressenti ce manque avec ma grand-mère et ça m'a donné cette idée. Mon projet peut être réalisable et j'espère qu'il le sera. Ce serait une très bonne chose, même s'il a un coût pour certaines structures", sourit la lycéenne, consciente de la réalité économique.

Le succès du concours « la vie d'après » ayant été au rendez-vous, le Département aimerait organiser une deuxième édition l'an prochain.