SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

SCANDALE PEGASUS : CINQ MINISTRES FRANÇAIS ESPIONNÉS ?

Vendredi 24 Septembre - 17:02

France


Jean-Michel Blanquer - © Flickr
Les téléphones d'au moins cinq ministres français, ainsi qu'un diplomate rattaché à l'Élysée, ont été infectés par le logiciel espion Pegasus.


Les téléphones ont été infectés en 2019 et 2020 et ont présenté des marqueurs d'infection par le logiciel espion commercialisé par la société israélienne NSO, lors de leur examen par les services de sécurité français, selon Mediapart.

Les ministres concernés sont Jean-Michel Blanquer (Éducation), Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires, dépendant du ministère de l'Intérieur), Julien Denormandie (Agriculture depuis juillet 2020, Ville et Logement auparavant), Emmanuelle Wargon (Logement, Transition écologique auparavant) et Sébastien Lecornu (Outre-mer).

Un diplomate de la cellule diplomatique du palais de l'Élysée, travaillant avec le président Emmanuel Macron sur les sujets internationaux, est également concerné.

"Mon téléphone a fait partie de ceux qui ont été regardés par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, moi je n'ai pas encore de retour de l'enquête donc je ne peux rien confirmer à ce stade", a commenté au site du journal L'Opinion Emmanuelle Wargon, qui a précisé avoir changé de téléphone.

"La ministre n'est pas dépositaire de secrets d'État donc on ne voit pas trop l'utilité de l'avoir écoutée", a déclaré par ailleurs son cabinet.

Un scandale mondial


Une enquête publiée à partir du 18 juillet par un consortium de 17 médias internationaux a révélé que le logiciel Pegasus, conçu par l'entreprise israélienne NSO Group, aurait permis d'espionner les numéros d'au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprise de différents pays.

Plusieurs plaintes ont été déposées en France par des personnes se disant victimes du logiciel. Le Maroc a notamment été accusé d'avoir eu recours au logiciel, ce que Rabat a démenti, parlant d'"allégations mensongères et infondées" et enclenchant plusieurs procédures judiciaires en France, en Espagne et en Allemagne.

Le groupe NSO a pour sa part déclaré: "Nous maintenons nos déclarations précédentes concernant les représentants du gouvernement français. Ils ne sont pas et n'ont jamais été les cibles de la technologie du groupe NSO utilisée par ses clients (...). Nous rappelons que NSO n'exploite pas sa technologie".