SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

SOIGNANTE ET NON VACCINÉE CONTRE LE COVID-19, ELLE EST PRÊTE À CHANGER DE MÉTIER

Mercredi 15 Septembre - 05:00

Actu. locale


Un rassemblement contre la vaccination obligatoire des soignants le 14 septembre 2021 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). - © Tiphaine Coulon / Radio Scoop
Ce mercredi 15 septembre l'obligation vaccinale contre le Covid-19 entre en vigueur pour les soignants. Marie, soignante depuis 15 ans dans un hôpital d'Auvergne Rhône-Alpes, ne veut pas se faire vacciner et se dit prête à changer de métier.


Blouse blanche sur le dos, Marie (NDLR le prénom a été changé) a manifesté ce mardi 14 septembre à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Soignante et non vaccinée contre le Covid-19, elle se dit prête à changer de métier, alors que l'obligation vaccinale contre le Covid-19 doit entrer en vigueur ce mercredi. En France, selon des estimations, 5% des soignants ne sont pas vaccinés contre le Covid-19.

"Je préfère rester fidèle à mes valeurs plutôt que de me faire vacciner"


Très calme, Marie affiche sa détermination. "Je ne vais pas sacrifier à ma santé à un métier ! C'est un métier, s'il le faut on ira en faire un autre. J'adore mon métier, j'adore mon équipe et mes patients et je suis en bonne santé. Aujourd'hui, je pense être en accord avec mes valeurs", déclare celle qui travaille depuis 15 ans à l'hôpital.

Elle n'est pas anti-vaccin, mais elle estime qu'aujourd'hui le recul n'est pas suffisant. "Ce n'est pas parce qu'on multiplie le nombre de personnes qu'on a le recul sur des années ! J'invite les gens à se renseigner : comment en est-on arrivé à ce qu'on nous propose un vaccin avec une technologie différente ? ", martèle Marie, qui regrette que les thérapies alternatives ne soient pas prises en compte.

"Par exemple les gens qui prenaient de l'hydro chloroquine. Est-ce que parmi tous les gens qui prenaient ça, on a comptabilisé qui a le Covid ? Puisqu'on ne peut plus le prescrire, on ne peut plus savoir si c'est efficace. Ce serait intéressant pourtant".



Des moyens supplémentaires plutôt que des sanctions


Autour de Marie, de nombreux soignants présents à la manifestation sont vaccinés. Mais tous dénoncent le manque de moyens qui leur donne l'impression que l'obligation vaccinale est une provocation. "Je ne vais pas me renier, pour des gens qui n'en ont rien à faire ! Cela a plus de sens que de rester dans un établissement qui continue à fermer des lits et à supprimer des emplois", dénonce Marie.

Une banderole dénonçant l'obligation vaccinale des soignants le 14 septembre 2021 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). © Tiphaine Coulon / Radio Scoop


Comme elle, personne ne sait exactement ce qui va se passer à partir de ce 15 septembre pour les soignants non vaccinés ni comment les services vont s'organiser. Mais Marie le jure, s'il le faut elle trouvera un autre métier et y mettra "tout son coeur, comme je le fais depuis 15 ans".

En Auvergne Rhône-Alpes, des rassemblements ont aussi eu lieu à Lyon, Saint-Étienne et Bourg-en-Bresse.