SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

UKRAINE : DEUX FUTURES MAMANS ACCUEILLIES DANS UNE MATERNITÉ DE LA RÉGION

Lundi 18 Avril - 05:30

Actu. locale


Tatiana, 36 ans, sera suivie à la maternité de Natécia près de Lyon. - © Radio Scoop / Léa Duperrin
Alors que la barre des cinq millions de personnes ayant fui l'Ukraine a été franchie ce vendredi, les pays européens se mobilisent pour organiser l'accueil de réfugiés. Des familles, des enfants, mais aussi des femmes enceintes. C'est le cas à Lyon, où deux futures mamans sont désormais suivies.


Ce sont sans doute les images parmi les plus marquantes de la guerre en Ukraine. Des femmes enceintes, fuyant les bombes à Marioupol. D'autres, réfugiées dans les sous-sols d'un hôpital sans pouvoir en sortir, de peur d'être visées par les frappes russes. Tatiana est arrivée en France la semaine dernière avec une quarantaine d'exilés, dans un avion affrété par la Métropole de Lyon en lien avec la Croix-Rouge. Elle doit accoucher autour de la mi-mai.

"Ici, on peut allumer la lumière"


"Je ne pouvais pas rester, à cause des bombes, des rockets... On ne pouvait pas allumer la lumière la nuit, car ça se voyait depuis le ciel par les avions russes. Ici, on peut allumer la lumière", explique Tatiana. Cette professeure d'anglais a fui l'Ukraine avec ses deux enfants. "Je n'ai plus peur, je suis très reconnaissante. J'espère que tout sera bientôt terminé pour que je puisse retourner là-bas."

Son mari n'a pas pu l'accompagner, tout comme le reste de sa famille. En une journée, elle a pu réaliser son inscription dans le service maternité avant une consultation médicale. Ses enfants aussi pourront être auscultés par un pédiatre.

À la maternité de Natécia (Lyon 8e), les deux femmes seront suivies tout au long de leur grossesse. "Au début, on nous avait annoncé une vingtaine de femmes, finalement elles ne sont que deux. Nous pouvons leur offrir un accompagnement beaucoup plus personnalisé, c'est très important", poursuit Adeline Creyssel, cadre du pôle mère enfant. "On a la chance d'avoir des interprètes en renfort, on a essayé de traduire le plus de documents possibles. On est là pour répondre à leurs questions."

Les deux futures mamans ont aussi eu une proposition d'hébergement à Villeurbanne, proche de la maternité.