SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

VÉNISSIEUX : DU COLLÈGE À LA VOILE POUR SORTIR DU QUOTIDIEN

Lundi 11 Mars - 07:00

Actu. locale


Robin Marais avec les élèves du collège Elsa Triolet à Vénissieux. - © Hugo Frances
Des élèves du collège Elsa Triolet à Vénissieux ont accueilli le skipper lyonnais Robin Marais la semaine dernière dans le cadre du projet "Atout Voiles".


"Ce projet, ça nous permet de voir autre chose que le collège, le quartier, Vénissieux. Ça nous fait grandir". Voilà les mots de Marjane qui a participé pendant ses quatre années de collège au projet "Atout Voiles". Une opération lancée il y a 10 ans dans ce collège situé en zone prioritaire renforcée et dont l'objectif est de sortir les filles de la cité en les initiant à la voile loin de leurs habitudes.

Et deux mois après la fin de la Route du Rhum, les collégiennes accueillaient le skipper Robin Marais qu'elles avaient déjà rencontré à La Rochelle avant le départ de la mythique course. Le sportif lyonnais, qui œuvre déjà au profit des enfants de quartiers prioritaires, avait "accepté sans hésiter" de participer à "ce projet très bienveillant".

"Il faut croire en ses rêves"

Celui qui a fini 18e de la Route du Rhum n'a pas caché sa joie de partager de tels moments avec les collégiennes vénissiannes. "Je crois que si la finalité c'est de faire une course en solitaire, finalement, humainement ces projets prennent de la valeur quand on les partage", décrit-t-il.

"Pour elles, c'est une façon de s'ouvrir, de voir autre chose mais aussi qu'il faut croire en ses rêves", continue le skipper. Lyonnais de naissance, il assure que pour lui aussi "il n'était pas évident de se dire qu'un jour", qu'il ferait la Route du Rhum. Un moyen de "s'identifier" pour les jeunes élèves et de "découvrir que des petites choses qui sortent de nos habitudes peuvent être le déclic qui fait que tout change".