SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

VILLEURBANNE : LE MAIRE ANNONCE UN ACCUEIL DE JOUR ET DES DOUCHES POUR LES SANS-ABRI

Lundi 18 Novembre - 04:00

Actu. locale


Le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret - © Gaëtan Barralon
Le maire de Villeurbanne Jean-Paul Bret a annoncé la semaine dernière la création d'un accueil de jour et des douches pour les familles précaires.


"C'est l'honneur de la République et de villes comme Villeurbanne d'accueillir tous les enfants, quelles que soient leurs origines ou la situation financière de leurs parents", explique Simon Movermann, directeur du Centre Communal d'Actions de Villeurbanne.


Dans le cadre de la mission "Accueillir à Villeurbanne", un jury composé de citoyens avait fait plusieurs propositions en début d'année à la mairie villeurbannaise. Celle-ci a validé l'idée d'un accueil de jour, qui va être installé aux mois de janvier ou février 2020 dans l'ancien stade de rugby Georges-Lyvet, près de la station de métro Laurent Bonnevay.

"Une évidence"

Quatre blocs sanitaires avec des vestiaires et des douches collectives, ainsi qu'une douche individuelle vont être à disposition des familles villeurbannaises sans domicile. Un espace de réception d'une centaine de mètres carrés sera également mis en place, avec des bureaux d'entretiens aménagés.

Pour Simon Movermann, c'était "une évidence car il y a un manque, c'est un très beau projet et on en est assez fier." Géré par l'association du Foyer de Notre-Dame-des-Sans-Abri, l'accueil de jour peut concerner des familles avec des enfants sans abri, ou vivant dans des conditions de logement précaires.

Vers une logique d'insertion professionnelle

Au-delà de ce besoin essentiel, le lieu tend également vers une logique d'insertion professionnelle et la recherche d'un travail. "Un accès aux droits va être proposé à ces familles. On va aussi les diriger vers d'autres structures pour leur permettre de les insérer progressivement, et d'aller vers une situation moins précaire", ajoute le directeur du Centre Communal.

L'État et la Métropole de Lyon participent également au projet, pour un budget estimé à 400.000 euros.