SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LIDL : UNE EMPLOYÉE LICENCIÉE POUR AVOIR MANGÉ UN GÂTEAU PÉRIMÉ DANS LA RÉSERVE

Jeudi 7 Avril - 17:00

Insolite


Cette employée a été renvoyée pour faute grave - © PaulMaguire
En Belgique, une employée de Lidl a été licenciée pour avoir mangé un biscuit périmé en cachette, dans la réserve du magasin.


C'est à la mi-mars 2022 qu'une employée du Lidl de Jambes-Namur en Belgique a été renvoyée après plus de 19 ans d'ancienneté pour "faute grave". La raison ? Elle avait mangé un biscuit périmé dans la réserve.

Après un malaise, elle s'est servie dans la réserve pour reprendre des forces


Suite à un malaise dans la réserve, la salariée avait mangé un gâteau périmé pour reprendre des forces. Un acte qui a visiblement déplu à ses supérieurs. Ces derniers ont immédiatement lancé une procédure de licenciement à l'encontre de la salariée. Malgré les circonstances et l'attestation médicale fournie, la direction n'a pas souhaité revenir sur sa décision.

Un blocage au magasin


Une sentence jugée inacceptable par Thomas Lesire, secrétaire permanent Setca. "La direction applique une procédure qui stipule que quand on vole, on est sanctionné par une faute grave. À notre sens, ici, ce n'est pas un vol. Cette dame a fait un malaise et devait prendre rapidement un élément sucré. Pour nous, la sanction qui a été décidée par la direction est inacceptable", a-t-il déclaré à la RTBF.

Après de nombreuses discussions avec les syndicats (et le blocage du magasin lundi) un accord à l'amiable a finalement été trouvé entre les deux parties, avec une levée de la "faute grave".

"En début de journée, il était question de faute grave, ce qui était contesté », a réagi Thomas Lesire. "L'accord est ce qu'il est, je ne souhaite pas le commenter, mais c'est important d'avoir levé ce point."

"Nous souhaitons toujours la réintégration de la travailleuse vu le contexte. Cependant, s'il y a eu accord entre les parties, on le respecte", a-t-il conclu