SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

TONY PARKER : "TJ CONNAÎT LES RÈGLES DU JEU"

Mardi 23 Juin - 19:45

Basket


Degauche à droite : Freddy Fauthoux, TJ Parker, Tony Parker, Gaëtan Muller et François Lamy - © Gaël Berger
Le président de l'Asvel a choisi de propulser son frère, TJ, comme entraîneur principal du club. Un choix risqué et assumé par Tony Parker, qui en profite pour évoquer la prochaine saison de l'Asvel, qui sera "déterminante", ainsi que son rôle à l'OL.


Vous êtes le président et votre frère sera l'entraîneur. Comment allez-vous gérer cette situation ?
TJ connaît les règles du jeu. Il passe numéro 1, coach principal, donc c'est à la fois un risque et une opportunité en or pour commencer sa carrière, par rapport à l'équipe construite et les efforts consentis. Maintenant, il sait très bien que si l'Asvel ne gagne pas de trophées, je n'aurai pas le choix... C'est la règle du jeu, surtout dans un club comme l'Asvel avec autant d'ambition.

"C'est le bon moment pour lui"


Qu'est-ce que vous aimez chez le coach TJ Parker ?
Par rapport aux sept saisons passées au club, il a prouvé sa loyauté et il remplit toutes les cases, que ce soit au sujet des valeurs qu'on veut mettre en place, de la philosophie et de l'image. On doit faire attention et j'ai beaucoup de respect par rapport aux arbitres en France. C'est le bon moment pour lui. Il puise le meilleur du basket européen, en étant assistant de trois entraîneurs à l'Asvel, et américain avec son expérience aux Spurs.

Vous innovez avec un staff très élargi et un assistant, Freddy Fauthoux, qui était entraîneur principal dans une équipe du haut de tableau jusqu'à présent. Pourquoi ce choix ?
On a toujours voulu bouger les lignes, faire des choses uniques et différentes. Ce staff, c'est une nouvelle étape pour la France mais aux États-Unis, je l'ai vécu au quotidien et je sais que ça fonctionne très bien. J'espère qu'on aura beaucoup de succès avec cette formule.

Pourquoi avoir choisi de miser sur un staff 100% français ?
C'est la continuité de la saison dernière, avec cette même idée pour l'effectif. On sait que les supporters aiment voir des joueurs qui restent plusieurs saisons et s'inscrivent dans un projet. D'ailleurs, cet été, on a eu de super opportunités pour avoir des forts joueurs qui ont fait de gros efforts financiers pour nous accompagner dans notre projet et essayer d'atteindre l'objectif qui est d'obtenir une place en Euroligue "à vie". Ce n'est pas dans mes habitudes de rentrer dans les détails au niveau des chiffres, mais on a tout fait pour construire une équipe compétitive.

"Jean-Michel (Aulas) a une grande confiance en moi"


Peut-on considérer que ce sera la saison la plus importante depuis que vous êtes président du club ?
Oui, c'est certainement le cas, parce que ce sera une saison qui pourrait justifier tout ce qui a été fait depuis 2014. La récompense ultime, ce serait évidemment de devenir une franchise Euroligue juste avant l'ouverture de notre nouvelle salle. D'ailleurs, les relations avec l'OL se passent très très bien, mais pour autant, il n'est pas prévu de nouvelle augmentation au capital de la part de l'OL. Personnellement, j'ai plus de responsabilités avec l'OL, je vais intégrer le Conseil d'Administration.


Comment envisagez-vous de partager votre temps entre l'Asvel et l'OL et d'avoir une forte implication dans les deux clubs ?
Déjà, j'ai le meilleur président-délégué possible avec Gaëtan Muller. On est systématiquement sur la même longueur d'ondes, on pense de la même façon et notre amitié est tellement forte qu'il gère le club quand je ne suis pas présent. C'est grâce à lui que je peux faire autant de choses à côté du club, ce qui me permet d'avoir autant de responsabilités à l'OL. Jean-Michel (Aulas) a une grande confiance en moi, il m'a déjà demandé de parler à un joueur (Pierre Kalulu, pour le convaincre de signer son premier contrat professionnel à l'OL) et d'être plus impliqué dans le sportif. Je délègue facilement parce que Gaëtan Muller pourrait gérer le club tout seul.

Comment jugez-vous l'effectif de l'Asvel de la saison prochaine ?
C'est toujours compliqué et je n'ai pas envie de rentrer dans ce genre de débat. D'abord, il faut prouver sur le terrain et après, si l'équipe ramène des trophées, alors on pourra commencer à établir des comparaisons à ce moment-là, avec celle de Limoges en 2000 ou de Pau. Pour l'instant, on n'a rien fait, rien prouvé. L'équipe est talentueuse, ça oui, mais il faut que la mayonnaise prenne. On a déjà construit de très belles équipes à l'Asvel, sans rien gagner. On a un peu tout connu depuis que je suis là...

Peut-on considérer qu'Edwin Jackson ne fait plus partie de l'Asvel ?
Oui, il est parti. J'ai géré ce dossier personnellement. Edwin restera toujours comme mon petit frère, ça ne change rien entre nous et la preuve, on va partir en vacances ensemble dans deux semaines. Mais professionnellement, on s'est mis d'accord pour son départ. Par ailleurs, on cherche une porte de sortie à un ou deux joueurs de l'effectif (qui sont, selon nos informations, Amine Noua et Rihards Lomažs)

►Football

L'OL va bénéficier d'un gros prêt de ses banques pour passer la crise

L'Olympique Lyonnais va bénéficier d'un prêt...