SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

UN JOUEUR INTERNATIONAL POURRA DÉSORMAIS CHANGER DE SÉLECTION

Mercredi 24 Novembre - 16:50

Rugby


Rugby
World Rugby a approuvé, lors d'un vote ce mercredi 24 novembre, un assouplissement des règles d'éligibilité actuellement en vigueur pour les internationaux. Un joueur pourra ainsi changer de sélection au cours de sa carrière, dès 2022.


Un international pourra "changer une seule fois de fédération, sous réserve de démontrer un lien étroit et crédible avec la nouvelle fédération par le biais du droit de naissance", a indiqué World Rugby dans un communiqué.

Le joueur devra remplir plusieurs critères : ne pas avoir disputé de match international pendant trois ans, "être né dans le pays de la fédération dans laquelle il souhaite être transféré" ou "avoir un parent ou un grand-parent né dans ce pays".

Chaque demande sera soumise à l'approbation de la commission des règlements de World Rugby, a précisé l'instance dirigeante du rugby mondial.

À l'heure actuelle, en vertu des règles de World Rugby, l'organe qui régit les lois du jeu, un joueur est "bloqué" dans le seul pays pour lequel il choisit de jouer, même si quelques internationaux ont réussi à passer des biais détournés pour changer de nationalité sportive.

Une bonne nouvelle pour les petites nations


C'est par exemple le cas du deuxième ligne, Paul Willemse, qui, après avoir été international des moins de 20 ans avec l'Afrique du Sud, représente le XV de France.

Le centre des All Blacks, Malakai Fekitoa, (24 sélections entre 2014 et 2017) était lui devenu éligible pour les Tonga en profitant d'un vide juridique qui permet à un joueur d'évoluer avec la sélection à VII, pour retrouver celle du XV.

Un tel changement de règle devrait profiter à plusieurs nations modestes sur l'échiquier du rugby mondial, qui pâtissent de l'exode de leurs meilleurs éléments. À commencer par les îles du Pacifique, régulièrement pillée par les grandes nations.

Le trois-quart de Bristol, Charles Piutau (17 sélections avec la Nouvelle-Zélande entre 2013 et 2015), pourrait ainsi retrouver la sélection tongienne, avec laquelle il a évolué chez les moins de 20 ans.

Le troisième ligne, Nathan Hughes, (22 sélections avec l'Angleterre entre 2016 et 2019) pourrait lui représenter les Fidji, où il est né.