SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoie
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

BRONCHIOLITE : "IL FAUT CONFINER LES BÉBÉS !", CONSEILLE UN MÉDECIN

Mercredi 2 Novembre - 05:30

Santé


Bébé - © Canva - Kampus Production, Pexels
Les professionnels de santé appellent à la vigilance pour protéger les nouveaux-nés. Des gestes simples permettent de limiter les contaminations. La région Auvergne-Rhône-Alpes est en phase épidémique depuis le 19 octobre.


Le professeur Yves Gillet, responsable des urgences pédiatriques à l'Hôpital Femme Mère Enfant (HFME) de Bron, a répondu à nos questions.

Radio SCOOP : Quels sont les symptômes de la bronchiolite ?



Yves Gillet :
"Il faut déjà rappeler que c'est une maladie bénigne dans l'immense majorité des cas. C'est une maladie qui se soigne toute seule, en général au bout d'une semaine. C'est l'enfant qui va se débarrasser tout seul du virus. Après, il peut y avoir des formes cliniques plus embêtantes, le plus souvent chez les tous petits : les moins de quatre à six semaines.

Si malgré la désobstruction nasale avec du sérum physiologique, malgré le fractionnement de l'alimentation (plusieurs petits biberons), l'enfant reste très essoufflé comme s'il avait couru un 100 mètres… C'est là qu'il faut consulter. S'il est plus fatigué, qu'il rigole moins, qu'il joue moins... S'il n'arrive plus à manger la moitié de la ration habituelle, sur trois ou quatre biberons de suite… Oui, il faut consulter. Le médecin traitant décidera s'il est nécessaire de recourir à l'hôpital."


Radio SCOOP : Quels sont les bons gestes à adopter ?


Yves Gillet :
"Pour être très caricatural, il faut confiner les bébés ! C'est ce que l'épidémie de Covid nous a appris. En gros, les seules personnes qui ont le droit de faire des bisous, c'est papa et maman. Les frères et soeur qui veulent prendre le bébé, il faut bien se laver les mains. Pour les autres, idéalement, on ne s'approche pas, on reste à un mètre... Et on évite les lieux clos et très fréquentés. Ce n'est pas grand-chose, mais c'est déjà très important."


Radio SCOOP : L'épidémie est-elle en avance comme l'année dernière ?


Yves Gillet :

"Un peu moins, mais oui, elle est en avance. On est au début de l'épidémie, encore loin du pic et pas dans la même situation que nos confrères parisiens. C'est habituel, car souvent le virus apparaît d'abord en région parisienne, il y a un décalage d'une quinzaine de jours. On peut s'attendre à une baisse pendant les vacances de la Toussaint, puis une hausse à la rentrée. De quelle ampleur ? Impossible de le savoir.

Ce qui nous inquiète ce n'est pas tellement l'épidémie de bronchiolite en elle-même, ça on a l'habitude. Mais l'épidémie est à la fois précoce et surtout, il existe plusieurs virus différents… Et sachant les difficultés rencontrées par l'hôpital public : les lits fermés, le manque de moyens en surveillance… Oui, il y a de l'inquiétude. Alors on réfléchit à prendre des nouvelles mesures, c'est ce qu'on fait depuis plusieurs semaines déjà... En espérant que cela suffise."