SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CHLOROQUINE : LES SALARIÉS DE FAMAR LYON VEULENT RELANCER LA PRODUCTION

Mercredi 25 Mars - 05:30

COVID-19


Médicaments - Illustration - © DR
L'usine Famar Lyon, située à Saint-Genis-Laval (Rhône), a été placée en redressement judiciaire en juin dernier. Faute de repreneur, l'usine pourrait fermer ses portes avant l'été. C'est pourtant le seul site habilité à fabriquer la chloroquine, molécule qui pourrait être utilisée contre le coronavirus.


Le lancement d'un essai clinique européen cette semaine a fait souffler un vent d'espoir à Saint-Genis-Laval. Cet essai, piloté en partie par l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, doit permettre de savoir quel effet la chloroquine peut avoir sur les patients atteints du Covid-19. Cette molécule, utilisée fréquemment pour traiter le paludisme, ne peut être fabriquée que par un site habilité dans toute la France : Famar Lyon. Sauf que l'entreprise, qui emploi environ 250 personnes, est en redressement judiciaire.

"On a l'outil industriel nécessaire"


"Pour l'instant, l'usine tourne, on fabrique des stocks de médicaments pour des grands groupes pharmaceutiques. Une fois les stocks terminés, l'avenir de Famar Lyon s'écrit en pointillé", regrette Stéphane Collet délégué Force Ouvrière (FO). "On a l'outil industriel nécessaire, il ne manque que les matières premières et on peut se lancer dans la fabrication de la chloroquine !"

Tout comme ses collègues de la CGT, le syndicat Force Ouvrière n'attend plus que le feu vert de Sanofi. Relancer la production massive de chloroquine pourrait permettre à l'usine de fonctionner, bien au delà de cet été. Pourquoi pas à travers une nationalisation de l'entreprise, même temporairement "c'est clairement une option envisageable", défend Stéphane Collet, pour qui l'épidémie a mis en lumière "la dépendance de la France vis-à-vis de la Chine" sur la fabrication des médicaments. "On a les moyens d'être autonome !", conclut le délégué syndical.

Les élus locaux en appellent à l'État


Le maire de Saint-Genis-Laval soutient l'initiative. "Au regard de la situation j'en appelle aux investisseurs privés et à l'État pour maintenir le potentiel de production de la chloroquine dans l'attente des tests cliniques", a déclaré Roland Crimier sur Twitter.



Lors d'un point presse sur la situation économique des entreprises de la région, Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a lui aussi assuré qu'il serait "fou que le seul fabricant français fasse faillite", tout en affirmant qu'il était en discussion avec le dirigeant de l'entreprise.

L'efficacité de la chloroquine pour soigner les patients atteints du coronavirus ne fait pas l'unanimité parmi les scientifiques. Certains médecins en prescrivent déjà, bien que les consignes données par les autorités sanitaires soient plus strictes. Le Haut Conseil de Santé publique en France recommande de ne l'utiliser que pour les cas graves hospitalisés.

►COVID-19

La chloroquine non recommandée... mais utilisée pour les cas graves

Le Haut conseil de santé publique a exclu, ce lundi,...