SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LE PORT DU MASQUE EST-IL RESPECTÉ ?

Lundi 1 Juin - 05:00

COVID-19


Un masque jeté dans la rue - © Gaël Berger
Porter ou ne pas porter un masque : c'est la question que beaucoup se posent.


Dans certains cas, comme dans les transports en commun par exemple, c'est une obligation. Pas de débat possible, donc…Mais en extérieur, dans la rue, vous avez décidé en grande majorité de ne pas en mettre. Radio Scoop est parti sur les Berges du Rhône, à Lyon, pour que chacune des parties explique son choix.

Très vite, ce qui frappe, c'est que les trois-quarts des passants ont le visage dégagé. On pourrait dire « comme avant », finalement. C'est le cas de Loïc, 20 ans, tranquillement assis avec un ami à quelques centimètres de l'eau. Au soleil et donc sans masque… mais pas seulement parce qu'il a peur de bronzer avec une grosse marque sur le visage.

"Dans la rue, je ne trouve pas que c'est forcément obligatoire, mais c'est toujours bien de le porter, surtout si on se sent malade. Par contre, dans les transports en commun, ça m'agace quand je vois des personnes qui n'en portent pas ou qui le portent mal. La semaine dernière, une personne âgée est rentré dans le métro avec son masque en dessous du menton. Je l'ai regardé fixement d'un air pas très content et au bout d'un certain temps, elle a fini par mettre son masque (rires). Tant qu'on n'est pas tous en sécurité, autant le mettre. Même si ce n'est pas très agréable, ça s'appelle être responsable", explique le jeune homme.

"Ça tient chaud, c'est assez pénible"


Eliott passe à proximité. Même génération, mais pas le même discours : "Je le porte, car je risque d'être exposé à des gens sensibles et qui ont déjà eu le coronavirus pendant la période de confinement et je n'ai pas envie de leur ramener le virus. Il faut limiter les risques. Un masque ne protège pas de tout, mais si on peut faire quelque chose c'est déjà bien. On ne peut pas malheureusement pas arrêter chaque personne sans masque dans la rue pour lui faire la leçon, c'est la responsabilité de chacun".

Plus tard, nous rencontrons Laura (18 ans). Elle nous confie sa difficulté à porter un masque à l'extérieur : "Quand je suis dehors, je n'en porte pas. Ça tient chaud, c'est assez pénible et pour parler c'est gênant. Je n'en porte que dans les endroits où c'est obligatoire. J'en ai toujours un dans mon sac", indique la jeune femme.

Un avis que ne partage pas Farah : "J'en porte un pour me protéger et protéger les autres. Beaucoup pensent que la crise est finie, mais il faut rester vigilant. Ça me frustre dans la mesure où certaines personnes prennent les choses à la légère. Personnellement, je l e porte partout, dès que je sors de la maison. Chacun est libre de faire ce qu'il veut, mais moi je préfère garder mes distances".

Pour tous, c'est finalement une question de sensation. Beaucoup tiennent le même discours : « je ne sors jamais de chez moi sans mon masque…Et je le porte si j'en ressens le besoin ». Visiblement, tout le monde ne place pas le curseur au même endroit.