SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : COURSES DE CHARS ET GLADIATEURS AU MUSÉE LUGDUNUM

Jeudi 6 Octobre - 05:30

Culture


L'exposition se tient au musée Lugdunum du 6 octobre au 11 juin 2022. - © Léa Duperrin / Radio SCOOP
Le musée Lugdunum dévoile sa nouvelle exposition qui ouvre ce jeudi : "Spectaculaire ! Le divertissement chez les Romains" avec comme toujours, un mélange d'archéologie et d'immersion pour attirer un large public.


La recette reste la même : "on prend un thème d'actualité et on regarde comment ça se passait il y a 2.000 ans chez les Romains", explique Claire Iselin, la directrice du musée. Cette fois-ci, le visiteur est plongé dans le monde du spectacle pendant l'Antiquité. Il faut dire que les Romains ne plaisantaient pas avec le divertissement. Combats de gladiateurs, courses de chars mais aussi comédie et tragédie : au 4e siècle après J-C, il pouvait y avoir jusqu'à 175 jours de spectacles par an ! Des jours déclarés fériés pour l'occasion.

Les stars du foot version Rome antique


À l'époque, le public acclame gladiateurs et champions de la course de chars, une discipline particulièrement appréciée. Les athlètes sont souvent issus de classes sociales défavorisées, adulés par la foule mais relativement mal vu dans la société. "Les meilleurs gladiateurs pouvaient gagner en un combat l'équivalent d'un an de solde de légionnaire romain", souligne Claire Iselin. Même si le contexte est évidemment tout autre, il y a à l'époque aussi des équipes favorites, des supporters, des paris et même... des mercatos !

Ancêtres des stades, les amphithéâtres accueillent des dizaines de milliers de spectateurs et l'entrée est gratuite. Ce sont souvent des grands magistrats ou des sénateurs romains qui financent le show. "Attention en revanche, tout le monde ne s'assoit pas n'importe où ! Le spectacle est à l'image de la société, stratifiée", poursuit la directrice du musée.

Le nom du financeur se retrouve ainsi gravé dans la pierre, comme celui des sponsors sur les maillots d'aujourd'hui.

"Les gladiateurs ne sont pas mis à mort aussi facilement"


Clin d'œil obligé, la réplique d'un casque de gladiateur signé par les deux acteurs stars du film "Gladiator" est exposée. D'ailleurs, le film de Ridley Scott sorti en 2000 est-il fidèle à la réalité ? "C'est une interprétation, forcément... Mais c'est un très beau film", sourit Claire Iselin. "Contrairement à ce que l'on pense, les gladiateurs ne sont pas mis à mort aussi facilement. Principalement parce qu'ils coûtent très cher ! Ce sont des athlètes qui sont entraînés pendant des années, dans des écoles. Le but est plutôt de le mettre à terre."

L'exposition comporte des pièces archéologiques et propose aussi trois petits espaces immersifs pour se croire dans un théâtre, un amphithéâtre et un cirque. Elle est visible jusqu'en juin prochain, toutes les informations sont disponibles sur le site du musée.