SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

UN MÉDECIN LOUPE DES APPELS D'URGENCE POUR...UN BIG MAC !

Lundi 12 Juillet - 10:18

Insolite


Un médecin loupe des appels d'urgence pour...un big mac ! - © La voix du Nord
En Angleterre, le docteur Peter Kizito a mis en danger la vie de plusieurs patients en allant se chercher à manger !


Aussi surprenant que ça le parait, ce docteur anglais âgé de 45 ans s'est absenté aux dépens de plusieurs appels d'urgence pour aller chercher...un Big Mac.

Un appel du ventre qui ne pouvait pas attendre ?


En mai 2017, le docteur Kizito s'est absenté de l'hôpital Broomfield, à Essex, au Royaume-Uni pendant près de 40 minutes. La raison de son départ soudain était pour se rendre au Mac Donald's situé à plus de 6 kilomètres du centre hospitalier. Cependant, il n'avait prévenu personne.

Pendant son absence, il a reçu quatre appels urgents de la part d'une infirmière souhaitant avoir des conseils pour soigner des patients. Cependant, le Mcdonald's était trop loin pour qu'il reçoivent les notifications sur son biper. Une fois de retour, il a sagement repris ses fonctions et s'est justifié auprès de l'infirmière en expliquant qu'il était “allé chercher son dîner” selon Sud Info.


Coupable d'une “faute professionnelle grave” !


Le consultant chargé de rédiger un rapport a précisé que le médecin n'avait pas le droit de quitter son poste sauf pour une situation d'urgence :”En travaillant en tant qu'interne au service des urgences, il n'est pas permis de quitter le service à moins qu'il n'y ait une situation d'urgence. Si une telle urgence survenait, tout interne quittant le service des urgences devrait informer l'infirmière responsable qu'il quittait le service des urgences”.

Le rapport continue en expliquant qu'il “a mis la sécurité des patients en danger en quittant le service”. De plus, le médecin a été condamné pour faute grave après qu'une enquête ait révélé qu'il avait falsifié ses horaires de travail, exagéré ses qualifications professionnelles et a aussi raté une série de diagnostics médicaux.