SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

PUY-DE-DÔME : LES COMMERCES AUTORISÉS À OUVRIR LES DIMANCHES DES SOLDES

Mercredi 20 Janvier - 19:12

Actu. locale


A Clermont-Ferrand, les commerces affichent leurs promotions rue des Gras - © Agathe Rigo
Le préfet du Puy-de-Dôme, Philippe Chopin, a pris un arrêté ce mercredi 20 janvier pour autoriser les commerces à ouvrir les quatre dimanches des soldes d'hiver.


La préfecture persiste et signe. Ce mercredi 20 janvier, le préfet du Puy-de-Dôme, Philippe Chopin, a pris un arrêté autorisant les commerces à ouvrir les dimanches des soldes d'hiver, soit : les dimanches 24 et 31 janvier et les dimanches 7 et 14 février.

"Cet arrêté fait suite à la consultation réglementaire du 2 décembre dernier avec les représentants du secteur et les élus locaux. La préfecture avait alors reçu 35 avis favorables et 4 avis défavorables", précise la préfecture dans un communiqué. Un premier arrêté avait été pris le 31 décembre dernier, mais, après intervention de la CGT, le tribunal administratif l'avait suspendu.

La CCI du Puy-de-Dôme, elle, salue cette initiative. "Cette mesure permet d'étaler sur 7 jours au lieu de 6 la fréquentation liée aux soldes, ce qui présente un bénéfice sanitaire évident", peut-on lire dans un communiqué.

Une ouverture qui n'est pas obligatoire


Le préfet du Puy-de-Dôme signale que ce nouvel arrêté a deux objectifs : "éviter un afflux de personnes important dans les commerces et sur la voie publique durant la période des soldes et permettre aux commerçants, durement touchés par la crise financière, de limiter les pertes financières avec cette période des soldes".

Les commerces doivent bien évidemment respecter les mesures sanitaires en vigueur.

Philippe Chopin rappelle également qu'un salarié peut refuser de travailler le dimanche. En le faisant, il ne commet aucune faute et cela ne peut donc pas être un motif de licenciement.